Progonline : avis et critiques

Onemore
Invité n'ayant pas de compte PHPfrance

27 oct. 2015, 00:01

Bonjour,
je me permet de déterrer une fois de plus ce topic fort d'enseignement pour vous apporter mon témoignage.

Suite à l'obtention de mon numéro siret je me suis décidé à m'inscrire sur graphisteonline. Mal grès l'aspect rebutant du site j'en conclus qu'il ne dois pas être si mauvais au vue du nombres d'annonce et de prestataires. Je m'inscrit donc, pensant que la seul rémunération du site sera les 15% prélevé sur chaque contrat.
Moins d'une heure après je reçoit l'appel d'un commerciale (conseillé?) qui me vente les bien fait du site, allant jusqu'à me dire que l'abonnement (dont je n'avais pas entendu parlé jusqu'alors) avait été mis en place suite aux plaintes des utilisateurs sur le mauvais fonctionnement de la plateforme (prix cassés etc)
N'ayant pas d'ordinateur devant moi il propose de me rappeler après le week end... ce qu'il fit.

Lors de cet appel il me propose de prendre un abonnement moyen de 12 mois m'assurant qu'il serait très vite rentabilisé, leur intérêt étant de gagner les 15% et non de s'enrichir sur les abonnements. De plus ma catégorie professionnelle est, d'après lui, très demandée au sein des annonces... N'étant pas tout à fait sûr de rentrer dans mes frais je choisis un abonnement sur 3 mois.
Comme relaté sur ce forum (ou un autre, je m'y perd) il me propose une remise après s'être concerté avec la personne chargé des abonnements.

Lorsque je lui demande s'il est possible de stopper l'abonnement si je ne suis pas satisfait au bout du premier mois il me fait savoir que c'est faisable.

Entre temps, toujours au téléphone, je fais une rapide recherche internet afin d'avoir des avis sur l'entreprise. Mais je n'ai pas le temps de trop en voir, je n’accède qu'aux site prônant cette plateforme.

Un peu endormi par toutes ces promesses et beaux discours je commet l'irréparable, je m'abonne.
Une demi-heure après je me rendais compte de ma crédulité...

Donc en résumé, l'abonnement je l'ai dans l'os, j'enverrai quand même une lettre AR pour éviter d'être reconduit d'ici 3 mois.
Il est amusant de noter que leur discours est très adapté avec les critique qui leur sont faite. Manque de pot j'ai pas pensé ( :| ) à regarder plus tôt.

Certaines personne dans le même cas que moi on parlé de faire opposition à la banque, mais je n'ai jamais rien lu sur les suites de ces oppositions (poursuites de la part de PEL.com ou simples avertissements sans suite?)

J'ai parcouru l’intégralité de ce topic ainsi que d'autres forum et dois bien avouer que j'ai cruellement manqué de prudence sur ce coup... en espérant que ça serve à certain.

sebfire
Invité n'ayant pas de compte PHPfrance

26 janv. 2016, 17:19

Bonjour,

Tout comme vous je viens d’être victime de progonline, le pire c'est qu'une personne de mon entourage c'est aussi fait avoir par eux, et moi comme tout le monde j'ai foncer tête baissé.

J'ai souscrit il y a moins de 24h et j'ai voulu résilier j'ai donc voulu appeler le numero fournis;
Vous pouvez nous contacter au 0 899 494 394 (1.349 € TTC l'appel + 0.337 € TTC / min) en France métropolitaine, ouvert du lundi au vendredi de 09h30 à 12h30 et de 14h00 à 18h00.
Lorsque j'ai composé le numéro ca m'a dit " après le bip sonore votre appel seras facturé 3€ plus le coût de la comunication, loin des 1.349€ttc par appel comme indiqué plus haut.

J'ai alors transmis un mail dans la partie assistance utilisateur, j'ai ensuite reçu l'appelle d'un responsable je lui ai demander ou était inscrit les obligations en droits de rétractation car dans les CGV c'est le foutoir! il m'a indiquer page 13 et que je n'ai pas le droits de me rétracter BtoB car j'ai pris en toute connaissance de cause avec validation d'une vidéo et acceptation des CGV hors à aucun moment il m'ont fait lire entièrement les CGV je n'ai u accès aux CGV que lorsque j'ai effectuer le paiement!

je pense leur démarche abusive et menteuse, ils n'ont pas la fibre commerçant, ils sont la que pour l'argent sinon ils auraient fait une résiliation sans discuter , le problème c'est qu'ils font tellement de tors au professionnel qu'il ne réussissent pas à les garder alors quand ils tombent sur des pigeons comme nous ils font tout pour gratter 200€! ceci est un manque de professionnalisme ils on pris la grosse tête et j’espère qu'il vas y avoir effet boomerang.

ils doivent prendre exemple sur les commerçant/artisant du coin!

En tout cas je suis bien parti pour étaler et entreprendre une action en masse pour vendre leur manque de professionnalisme, ils ont pas conscience que nous les professionnels du web réunis on a un plus grand réseau pour parler d'eux!

Enfin je suis désolé mai je ne les recommandes pas PROGONLINE à banir! merci

Merci

sebfire
Invité n'ayant pas de compte PHPfrance

26 janv. 2016, 18:05

le liens ou j'ai pris cette infos:
http://www.haas-avocats.com/ecommerce/l ... 54143744:1
Depuis l’entrée en vigueur de la loi Hamon, les professionnels bénéficient d’un droit de rétractation lorsque le contrat conclu hors établissement n’entre pas « dans le champ de leur activité principale ».

Si cette faculté existait avant la loi, la Jurisprudence en avait très strictement encadré l’exercice de telle sorte qu’il était resté lettre morte dans son exercice.

Face aux abus dont ont été victimes certaines petites entreprises, le législateur a réagi en élargissant ce droit essentiel.

Que doit-on en attendre ?

Les petites entreprises peuvent se retrouver aussi démunies que les consommateurs lorsqu’elles concluent des contrats en dehors de leur cœur d’activité. C’est la raison pour laquelle le législateur avait très tôt accordé un droit de rétractation à cette catégorie de professionnels en encadrant cette faculté aux contrats ne présentant pas de rapport direct avec son activité .

Or, suivant une tradition civiliste attachée au principe du consensualisme et à la force obligatoire des contrats, la jurisprudence a imposé une interprétation particulièrement extensive de ce critère du « rapport direct », considérant qu’il y avait rapport direct non seulement lorsque l’objet du contrat était indispensable à l’activité commerciale mais également lorsque cet objet était indispensable aux activités secondaires de l’entreprise .

1. Elargissement de l’application du droit de rétractation

Dans la pratique, cette interprétation extensive du critère du « rapport direct » a limité grandement la faculté de rétractation, plaçant de facto plusieurs petites entreprises dans des situations délicates.

C’est sans doute en tenant compte de la vulnérabilité de ces entreprises à certaines pratiques (Cf. notamment la pratique des ventes one shot ) que le législateur a décidé d’agir et d’élargir les possibilités d’exercice de ce droit.

La loi Hamon a ainsi créé l’article L121-16-1 III. du code de la consommation qui offre désormais aux entreprises employant moins de cinq salariés un droit de rétractation, lorsque l’objet d’un contrat conclu hors établissement n’entre pas dans le champ de leur activité principale.

Selon ce texte, l’objet du contrat n’a plus à avoir un objet ayant un rapport direct avec l’activité de l’entreprise mais doit désormais seulement correspondre au « champ de l’activité principale » ce qui constitue par nature un élargissement du périmètre de ce droit.

2. Les conditions d’application du nouveau droit de rétractation

S’il a été largement libéralisé par le législateur en 2014, le droit de rétractation est toujours encadré par trois conditions précises :

i. Le contrat doit être conclu hors établissement.

Il s’agit d’un contrat conclu :

o Dans un lieu qui n’est pas celui où le professionnel exerce son activité en permanence ou de manière habituelle, en la présence physique simultanée des parties, y compris à la suite d’une sollicitation ou d’une offre faite par le consommateur ;
o Dans le lieu où le professionnel exerce son activité en permanence ou de manière habituelle ou au moyen d’une technique de communication à distance, immédiatement après que le consommateur a été sollicité personnellement et individuellement dans un lieu différent de celui où le professionnel exerce en permanence ou de manière habituelle son activité et où les parties étaient, physiquement et simultanément, présentes ;
o pendant une excursion organisée par le professionnel ayant pour but ou pour effet de promouvoir et de vendre des biens ou des services au consommateur ;
Limite – exclusion des contrats conclus à distance

Les professionnels ne bénéficient donc pas de droit de rétractation pour les contrats conclus à distance entendus comme les contrats conclus sans la présence physique simultanée des parties, par le recours exclusif à une ou plusieurs techniques de communication à distance jusqu’à la conclusion du contrat.

ii. L’objet du contrat ne doit pas entrer dans le champ de l’activité principale du professionnel.

Sous réserve de l’interprétation jurisprudentielle de la notion du « champ de l’activité principale », les professionnels pourront bénéficier plus facilement d’un droit de rétractation, l’activité secondaire ne semblant plus devoir être prise en compte.

iii. Le nombre de salariés employés par le professionnel doit être inférieur ou égal à cinq.

La loi Hamon ajoute ici une condition assez stricte, limitant le droit de rétractation aux très petites entreprises.

3. L’application du droit de rétractation offert aux professionnels

Lorsque les trois conditions précitées sont remplies, l’entreprise, comme tout consommateur, peut se rétracter dans un délai de 14 jours à compter de la conclusion du contrat (prestation de service) ou de la réception des biens (vente de biens).

Toutefois, et c’est là un point important, le point de départ de ce délai peut être différé dans la limite de douze mois tant que le vendeur n’a pas informé son client professionnel de sa capacité à pouvoir se rétracter sous quatorze jours.

Cette dernière hypothèse est néanmoins conditionnée au fait, s’agissant des prestations de services, que celles-ci n’aient pas été débutées, et pour les ventes de biens, que ces derniers n’aient pas été utilisés autrement que pour en établir la nature, les caractéristiques et le bon fonctionnement.

wpm
Petit nouveau ! | 1 Messages

03 juin 2016, 16:51

malheureusement, j'ai aussi été abusé par cette société et particulièrement par graphiste on line. Aucun suivi sur mon contrat de 3 mois, aucune proposition (secteur audiovisuel) 240 euros envolés, perdus... et la cerise sur le gâteau, je n'étais pas informé decc la tacite reconduction du contrat, je l'ai appris la veille de la fin de mon contrat par un appel téléphonique du commercial de graphiste on line du renouvellement automatique de celui-ci et donc d'un prochain prélèvement bancaire que j'ai juste eu le temps d'arrêter, mais il est certain que je serais poursuivi pour manquement au procédure légales du contrat qui annonce effectivement la tacite reconduction, encore faut-il savoir où chercher...
Bien évidemment je vais poursuivre de mon côté pour manquement aux services proposés durant le contrat qui implique la rupture de celui-ci... On verra ! Mais je reste au collectif pour déposer une plainte commune : [email protected]

zangkun
Invité n'ayant pas de compte PHPfrance

09 sept. 2016, 16:14

Bonjour, je suis indépendant dans l'informatique depuis plus de 6 ans, j'ai enchaîné les contrats avec très peu de délais. Je n'ai pas eu de problème pour en trouver.
J'ai voulu élargir un peu mon horizon et me lancer dans le télétravail, marché qui me semble porteur. Depuis des années on entend dire que cela va marché et patati patata, mais curieusement sur ce marché il n'y a que les gougnafiers qui s'y engouffrent, faisant miroiter des contrats aux prestataires contre monnaie sonnante et trébuchante. Pourtant le principe est le même que les prestations qui ne sont pas en télétravail, ou si peu, des commerciaux prospectent des clients, souvent ce sont des SSII (maintenant on dit ESN), ils placent soit des salariés ou si c'est tendu ils placent des indépendants. Là une fois placé ils prennent un % par jour et voilà. C'est bien c'est pas bien, ce n'est pas le sujet ici et cela mériterait un débat sur ce monopole.
Ici on a à faire à des boites qui font payer pour donner l'adresse d'hypothétiques clients. Un peu comme dans les années 90 quand on a vu apparaitre des arnaques à la location, le marché étant tendu certains petits malin faisaient payer des listes d'offres de location de logement à de pauvres gars aux aboies. Eh ben là c'est pareil, on fait miroité surtout à des débutants, qu'ils pourraient facilement décrocher des contrats moyennant finance.
Alors pour tous les prestataires qui liraient ceci : il est un principe de base qu'il faut appliquer en toute circonstance, que ce soit pour les contrats de travail ou de la prestation => il ne faut pas payer pour travailler ! Vous verrez appliquez ce principe et vous éviterez certaines arnaques.
Que ce soit des indépendants ou des salariés, c'est la même chose, seul le statut change. Il ne vous viendrait pas à l'idée de payer pour vous présenter à un poste en CDD ou CDI, ou en agence d'interim, eh ben c'est pareil !
Je me suis inscrit aussi sur ce site, alors que je n'avais pas encore rempli mes compétences, un commercial progonline m'a appelé pour me dire qu'il avait des projets à me proposer .... hum je suis resté perplexe, je l'ai appelé, j'ai pris soin de compléter mes compétences avant, et je lui ai posé la question : comment pouvait il me proposer quelque chose dans la mesure où je n'avais pas mis mes compétences ? Ben il m'a googlé .... bon admettons. On continue et il me presse pour que je regarde les offres qui pourraient m’intéresser ... pas facile dans la précipitation, je prend un peu de temps, puis il commence à me dire que pour avoir les adresse il faut que je paye ???? Ah bon je lui dit niet, hors de question de payer pour travailler. J'ai supprimé mon compte. Et au vu de vos témoignages, j'ai bien fait.

Mammouth du PHP | 19632 Messages

09 sept. 2016, 16:28

Bon réflexe Zangkun ;)
Ce genre de boite est à regarder de loin, de préférence en restant très éloigné.

Il y en aurait une qui pourrait être intéressante, c'est HopWork, là, pas d'abonnement payant ni ce genre de promesse invérifiable, on s'inscrit et ensuite, on reverse une commission sur le travail qu'on y trouve, point barre. Ça marche plus ou moins, j'y suis depuis moins d'un an et pour l'instant, le résultat est assez nul, mais ça ne m'a pas coûté un centime, c'est donc un moindre mal.
Codez en pensant que celui qui maintiendra votre code est un psychopathe qui connait votre adresse :axe:

zangkun
Invité n'ayant pas de compte PHPfrance

09 sept. 2016, 17:11

Pour moi le meilleur site pour les freelances informatique, c'est http://www.freelance-info.fr/missions.php
Je pense que depuis des années c'est le site de référence dans le domaine des missions des indépendants en informatique.
Avec d'excellents outils en particulier l'estimation des tarifs de mission, un forum bien animé.
On peut mettre son CV et très souvent lorsque vos compétences sont recherchées, des appels pour des propositions de missions.
Quelques marchands de viandes qui parce qu'ils ont vu au fin fond de votre CV le mot SQL vous propose un poste de DBA, le genre de personne qui ne doivent surtout pas nous présenter à des clients, car ne comprenant rien aux métiers que nous exerçons et risque surtout de nous griller. Je ne parle pas de ceux qui proposent des tarifications absolument ridicules.
Mais dans l'ensemble, excellent site. Mais .... pas de télétravail.
Merci pour l'info

tontonCD
Invité n'ayant pas de compte PHPfrance

17 nov. 2016, 20:28

le liens ou j'ai pris cette infos:
http://www.haas-avocats.com/ecommerce/l ... 54143744:1
Attention, le CGV est clair, ce n'est pas le "code de la consommation" mais le "code du commerce" et la loi Hammon n'est pas applicable... fuyez !